Les usages citoyens des espaces urbains : entre actualités, archives et oeuvres

Anne Bénichou

Abstract


In the field of visual arts, the status of artists’ records has undergone significant changes since the 1960s. Traditionally considered the product of forces outside an actual work of art, documents themselves are now used in such a way as to transform them into artistic materials, and sometimes even into works of art. Archives have henceforth become a space for artistic practice, where artists can develop their critical outlook on the world. They can become part of a political work and initiate a call for action. This hypothesis is based on examining the photographs of press agencies collected by Montreal artist and architect, Melvin Charney: photographs depicting the relationship between buildings and current events. Titled “UN DICTIONNAIRE…” [A Dictionary], this work holds a complex place in Charney’s overall approach. In developing and organizing his body of work, the artist attempts to capture the complex transformations of urban spaces, and the social relationships that are played out in them. He continually draws from this fonds to create his interventions into public space and to introduce new concepts of social space. This article explores sequentially the inscription of the memory of cities into the urban fabric as a means of resisting modern urbanization, and the creation of public spaces dedicated to popular gatherings and democratic expression.

 

RÉSUMÉ
Depuis le milieu des années 1960, dans le champ des arts visuels, le statut des documents et des archives d’artistes connaît des mutations importantes. Relevant traditionnellement d’un espace extérieur à l’oeuvre, les documents se voient fréquemment transformés en matériaux artistiques, et parfois en oeuvres. Les archives tiennent désormais lieu de pratiques artistiques à travers lesquelles les artistes développent une pensée critique sur le monde. Elles peuvent faire oeuvre politique et le personnel du Centre Canadien d’Architecture : Howard Shubert, Conservateur de la collection des dessins et estampes, et Anne-Marie Sigouin, Assistante aux conservateurs, Référence, qui m’ont généreusement donné accès à l’oeuvre de Charney et ont mis à ma disposition une documentation abondante. Je suis également très reconnaissante à Anne-Marie St-Jean Aubre, étudiante à la maîtrise au Département d’histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal, pour son aide précieuse à la recherche documentaire et iconographique. inciter à l’action. Cette hypothèse est développée à partir du fonds de photographies d’agences de presse représentant des bâtiments aux prises avec les événements de l’actualité, que Melvin Charney, artiste et architecte montréalais, collecte. Intitulée UN DICTIONNAIRE..., cette oeuvre tient une place complexe dans l’ensemble de la démarche de Charney. En développant et en organisant son corpus, l’artiste cherche à saisir les transformations complexes des espaces urbains et les rapports sociaux qui s’y jouent. Il puise régulièrement dans ce fonds pour réaliser ses interventions dans l’espace public et y introduire de nouvelles conceptions de l’espace social. L’inscription de la mémoire des villes dans le tissu urbain en guise de résistance à l’urbanisation moderne et la création d’espaces publics dédiés aux rassemblements populaires et à l’expression démocratique seront successivement examinées.


Full Text:

PDF




Archivaria, The Journal of the Association of Canadian Archivists | ISSN: 1923-6409