Beyond the Magic to the Mechanism: Computers, Materiality, and What It Means for Records to Be “Born Digital”

Ciaran B. Trace

Abstract


Over the past thirty-five years, archivists have worked to establish bodies of knowledge and expertise to help manage and preserve born-digital records. What has been missing from the archival literature is a foundational piece that explicitly explores how the components of a computer work together to create, manage, and store those digital objects, which are later deemed to have long-term or enduring value. Understanding and working with born-digital material requires us to open the computer’s black box and become as familiar with computer hardware, application software, system software, and firmware as we have become with earlier writing, recording, and storage technologies. At its heart, this article takes on a role similar to that of a micro-ethnography, whereby the actions to create and save a digital document are grounded in an examination of the sequence of technologies utilized to bring such actions to fruition. In the process, this article brings to life the material traces that are left behind as human and computer interact to create the record.

 

RÉSUMÉ

Au courant des trente-cinq dernières années, les archivistes ont travaillé à l’établissement d’un ensemble de savoirs et d’expertise afin de gérer et de conserver les documents créés dès l’origine en format numérique. Toutefois, ce qui n’apparaît pas dans la recension des écrits, c’est un texte qui explique comment les parties constituantes d’un ordinateur travaillent ensemble pour créer, gérer et stocker ces objets numériques qui pourraient éventuellement avoir une valeur de longue durée ou une valeur continue. Comprendre et travailler avec le matériel créé numériquement nous oblige à ouvrir la boîte noire de l’ordinateur et à nous familiariser avec l’équipement informatique, les logiciels d’application, les logiciels d’exploitation et les micrologiciels, tout comme nous avons jadis été obligés de nous familiariser avec les technologies liées à l’écriture, à l’archivage et à la conservation. Avant tout, ce texte joue un rôle semblable à celui de la micro-ethnologie, alors que les actions de créer et de sauvegarder un document numérique sont enracinées dans un examen de la séquence des technologies utilisées pour que ces actions soient complétées. Ce faisant, ce texte expose les traces matérielles qui résultent de l’interaction entre les êtres humains et les ordinateurs dans la création d’un document.


Full Text:

PDF




Archivaria, The Journal of the Association of Canadian Archivists | ISSN: 1923-6409