Death, Memorialization, and Social Media: A Platform Perspective for Personal Archives

Amelia Acker, Jed R. Brubaker

Abstract


This article examines the memorialization and bereavement practices of social media users as they relate to the creation, access, and circulation of personal archives. As personal archives expand to include content created and stored on social media platforms, it is incumbent upon archivists and individual archive creators to consider how access to user profiles, personal collections, and continued interaction with profiles of the deceased are shaped and affected by platform functionalities. Because platforms govern how users are represented in systems, they also shape the contexts of creation and future access to personal information. There exist representational and access limits in these platforms because social media data rely on networked resources for contextual integrity, which raises questions about the ongoing management of personal information after a user has died. The authors present interview data that suggest social media users consider profiles to be personal archives despite evidence that platform functionality may heavily restrict future access and the ability to memorialize collections or add layers of context after a creator has died. The authors argue that, when theorizing and building personal archives, archivists as well as individual creators should adopt a platform perspective that includes preserving the contextual integrity of networked data, confronting shifts in the persistence of platforms, and clarifying archival expectations to provide access to personal collections created with social media platforms.


RÉSUMÉ

Cet article examine les pratiques de commémoration et de deuil des utilisateurs de médias sociaux en ce qui a trait à la création, à l’accès et à la diffusion des archives personnelles. Comme les archives personnelles s’étendent pour comprendre le contenu créé et sauvegardé sur les plateformes des médias sociaux, les archivistes et les créateurs d’archives se doivent de considérer comment l’accès aux profils d’utilisateurs et aux collections personnelles ainsi que l’interaction avec les profils des personnes décédées sont déterminés et affectés par les fonctionnalités des plateformes. Puisque les plateformes déterminent comment les utilisateurs sont représentés dans les systèmes, ils influent sur le contexte de création et sur l’accès futur à l’information personnelle. Il existe des limites à la représentation et à l’accès sur ces plateformes puisque les données des médias sociaux dépendent des ressources de réseautage pour l’intégrité de leur contexte, ce qui soulève des questions relatives à la gestion continue de l’information personnelle après le décès d’un utilisateur. Les auteurs présentent des données d’entrevues qui suggèrent que les utilisateurs des médias sociaux considèrent leurs profils comme des archives personnelles, malgré les preuves qui font état du fait que les fonctionnalités des plateformes peuvent restreindre grandement l’accès futur et la capacité de commémorer des collections ou d’y ajouter du contexte après le décès des créateurs. Les auteurs soutiennent que, lorsqu’il est question d’élaborer des théories et de créer des archives personnelles, les archivistes ainsi que les créateurs d’archives devraient adopter une vision des plateformes qui inclue de préserver l’intégrité du contexte des données de réseau, de faire face aux changements à la persistance des plateformes et de clarifier les attentes archivistiques dans le but de donner accès aux collections personnelles créées à partir des plateformes de médias sociaux.


Full Text:

PDF




Archivaria, The Journal of the Association of Canadian Archivists | ISSN: 1923-6409